Panier 0 (0)

Aucun produit

Livraison gratuite ! Livraison
0,00 € Total

Commander

Produit ajouté au panier avec succès

Quantité
Total

Il y a 0 produits dans votre panier. Il y a 1 produit dans votre panier.

Total produits: 
Frais de port:  Livraison gratuite !: 
Total: 
Continuer mes achats Commander

Blog

2017
November22

S’attaquer au problème de l’acné chez l’adulte

 
S’attaquer au problème de l’acné chez l’adulte

L’acné peut transformer la vie des adolescents et des adultes en un enfer ; heureusement, les antioxydants comme le glutathion et la vitamine C peuvent les aider.

L’acné touche plus de 40 millions de personnes dans les pays développés et il continue d’être un problème de peau fréquent, même après l’adolescence.

Sa fréquence a augmenté en particulier chez les femmes adultes, en touchant plus de la moitié des femmes de plus de 25 ans. Les deux formes les plus courantes de l’acné sont :

  • l’acné vulgaire qui se présente sous la forme de points noirs (comédons), de boutons à tête blanche (pustules) et de zones enflammées (papules). Il apparaît généralement à la puberté.
  • l’acné conglobata, qui est une forme plus sévère avec la formation de kystes profonds qui laissent des cicatrices. Il apparaît habituellement à un âge plus avancé, après la puberté.

Les deux sont des troubles inflammatoires qui surviennent dans les glandes sébacées de la peau. Ces glandes produisent un mélange d’huiles et de cires appelé sébum sous le contrôle des hormones sexuelles mâles et femelles.

Les hormones sexuelles mâles augmentent la taille des glandes sébacées et la quantité de sébum produite alors que les hormones femelles produisent l’effet inverse. Les hormones mâles sont également impliquées dans la production de kératine dans les follicules.

Causes

Les causes de l’acné sont multifactorielles. Alors que l’apparition de l’acné est souvent considérée comme dépendante de la production d’hormones mâles, certaines études indiquent qu’elle peut être due à une plus grande activité d’une enzyme qui transforme l’hormone mâle testostérone en dihydrotestostérone, une forme plus active.

La gravité et la progression de cette maladie sont influencées par l’interaction complexe entre les hormones, le sébum, la production de kératine et les bactéries.

Une surproduction de kératine dans les cellules folliculaires peut causer une obstruction qui, à son tour, conduit à la formation d’un bouton à tête blanche ou d’un point noir (comédon). Une inflammation causée par une prolifération des bactéries dans les glandes sébacées se développe alors autour de la zone.

La prévalence étonnamment élevée de l’acné chez les adultes peut être liée aux traitements antibiotiques, qui peuvent conduire à une prolifération des mauvaises bactéries. Un autre facteur potentiel serait l’utilisation des contraceptifs oraux ou des cosmétiques.

Plus récemment, des données ont suggéré que le régime alimentaire occidental pouvait jouer un rôle dans le développement de l’acné. On n’observe pas d’acné dans les populations qui ont un régime alimentaire paléolithique qui exclut le lait et les produits laitiers et qui contient également des aliments à charge glycémique (CG) faible.

Les chercheurs ont constaté que le lait active des voies de signalisation dans le corps qui affectent les taux d’insuline. Cela peut contribuer à la résistance à l’insuline de la même manière qu’une alimentation à base d’aliments à CG élevée.

On sait que manger trop d’aliments sucrés et ultra transformés à long terme peut conduire à une sensibilité réduite à l’insuline. De nombreux syndromes associés à l’acné tels que les ovaires polykystiques sont liés à la résistance à l’insuline.

Suivre un régime à base d’aliment à CG faible et sans produit laitier a le potentiel d’améliorer la sensibilité à l’insuline et de réduire la gravité de l’acné. Plusieurs essais cliniques ont montré des résultats positifs chez les personnes souffrant d’acné qui ont adopté des régimes alimentaires à base d’aliments à CG faible. Les personnes participant aux essais ont rapporté une réduction significative de la taille de leurs glandes sébacées et une diminution de l’inflammation.

 

Facteurs contribuant au développement de l’acné

L’acné chez l’adulte peut être aggravée par le stress et une mauvaise alimentation. En outre, une mauvaise élimination des toxines due à la constipation et à un foie paresseux peut aggraver les symptômes de l’acné. La vie moderne expose également la peau à des niveaux élevés de stress oxydatif qui peuvent causer une inflammation.

Les principaux responsables sont les dérivés réactifs de l’oxygène (DRO), qui sont des composés nuisibles générés par des sources internes et externes. La recherche a montré que les patients souffrant d’acné inflammatoire produisaient 43 % plus de DRO. Cette quantité était significativement supérieure à celle mesurée chez les sujets sains.

Le message clé qu’il faut retenir est :

Suivez un régime à base d’aliments à CG faible, réduisez l’inflammation, supprimez les produits laitiers de votre alimentation, éliminez les toxines, équilibrez vos hormones et réduisez votre stress.

Voici comment faire:

Réduisez l’inflammation.

Les acides gras essentiels oméga 3 ont des propriétés anti-inflammatoires. Par conséquent, mangez régulièrement des poissons gras, comme p. ex. le saumon et le maquereau, ainsi que des noix et des graines.

Le zincjoue un rôle important dans la réduction de la réponse inflammatoire et aide à la cicatrisation. Des études ont montré que les personnes souffrant d’acné ont tendance à avoir des taux de zinc faibles. Intégrez des aliments riches en zinc dans votre alimentation : les graines de courge, la volaille, le poisson, les haricots et les céréales complètes.

Évitez les aliments pro-inflammatoires qui augmentent la glycémie.

  • Les aliments sucrés et ultra transformés, c.-à-d. les gâteaux, les bonbons, les biscuits, les chips, le chocolat, les glaces, les pâtisseries, les biscuits apéritifs.
  • L’alcool, les boissons contenant de la caféine, les graisses saturées d’origine animale, c.-à-d. la viande rouge, le fromage, la crème, le lait.

Stimulez et allez aux selles régulièrement.

Cela aidera à éliminer les toxines. Choisissez des aliments riches en fibres:

  • le riz complet,
  • le sarrasin,
  • le quinoa,
  • les lentilles,
  • l’avoine,
  • les haricots,
  • l’orge,
  • les noix et les graines,
  • les légumes.

Ces types d’aliments ont également un index glycémique bas qui devrait maintenir les taux de sucre sanguin à des niveaux normaux, aidant ainsi à contrôler la sécrétion d’insuline.

Équilibrez les hormones.

Intégrez des aliments riches en phytoestrogènes issus de plantes dans votre alimentation, comme p. ex. le soja, le tempeh, les graines de lin, les légumineuses, le fenugrec et le tofu.

Éliminer les toxines.

Faites le grand nettoyage dans votre alimentation et laissez votre foie se reposer en réduisant les toxines potentielles. Les principaux coupables sont l’alcool, le tabac et les drogues récréatives, ainsi que les toxines environnementales comme les plastiques, les pesticides et les produits chimiques ménagers.

Soyez exigeant(e) au moment de choisir vos compléments alimentaires.

Des compléments sous forme liposomale et hautement absorbables garantissent d’obtenir les meilleurs résultats possibles !

La vitamine C

Des études ont montré que les personnes souffrant d’acné ont des niveaux d’antioxydants sanguins significativement plus bas. Notamment, il a été montré que le taux de vitamine C était 40 % plus faible chez les personnes souffrant d’acné que les personnes en meilleure santé.

La vitamine C inhibe les composés dans le corps qui sont pro-inflammatoires, ce qui la rend idéale pour une utilisation dans des troubles inflammatoires comme l’acné. Les premières observations cliniques ont montré que l’administration quotidienne de 800 mg à 3 g de vitamine C améliorait nettement les symptômes de l’acné.

vitamine c

Le glutathion

Le corps s’appuie sur cet antioxydant puissant pour éliminer les composés toxiques qui créent une inflammation. Sous la pression constante du stress oxydatif, en particulier dans les formes sévères d’acné, le glutathion est rapidement épuisé.

La recherche a confirmé que l’activité des enzymes à glutathion qui participent pleinement aux systèmes de défense antioxydants est significativement diminuée chez les patients souffrant d’acné par rapport aux sujets en meilleure santé.

Une étude publiée dans le Journal of Cosmetic Dermatology a démontré les avantages des niveaux accrus de glutathion dans la réduction des lésions acnéiques. Après 8 semaines, les personnes souffrant d’acné ont constaté 53 % d’amélioration des symptômes par rapport aux sujets recevant le placebo.

glutathion

Réduire le stress

Faites de l’exercice tous les jours, dormez bien et essayez des pratiques relaxantes comme le yoga, la méditation ou le tai-chi.

 

Jacqueline Newson, thérapeute nutritionnelle diplômée (BSc (Hons) Nutritional Therapy)

 

 

RÉFÉRENCES

  1. Bowe WP & Logan AC. Clinical implications of lipid peroxidation in acne vulgaris: old wine in new bottles. Lipids in Health and Disease 2010, 9; 1: 141.
  2. Braue A et al. A low-glycemic-load diet improves symptoms in acne vulgaris patients: a randomized controlled trial. Am J Clin Nutr 2007;86:107–15.
  3. Danby FW. Acne and milk, the diet myth, and beyond. Journal of the American Academy of Dermatology 2005; 52, 2: 360-362.
  4. Harvard School of Public Health. Nutrition Source. Carbohydrates and blood sugar. https://www.hsph.harvard.edu/nutritionsource/carbohydrates/carbohydrates-and-blood-sugar/[Accessed 29.5.17]
  5. Ikeno H, Nakata S et al. Decrease in glutathione may be involved in pathogenesis of acne vulgaris. Journal of cosmetic dermatology 2011, 10; 3: 240-244.
  6. Melnik BC. Diet in Acne: Further Evidence for the Role of Nutrient Signalling in Acne Pathogenesis. Acta Derm Venereol 2012; 92: 228–23.
  7. Sahib AS, Al-Anbari HH, Salih M, Abdullah F. Effects of Oral Antioxidants on Lesion Counts Associated with Oxidative Stress and Inflammation in Patients with Papulopustular Acne. J Clin Exp Dermatol 2012, 3:163.
  8. Telang PS. Vitamin C in dermatology. Indian Dermatology Online Journal 2013, 4;2: 143-146.