00

Aucun produit

Livraison gratuite !Livraison
0,00€

Produit ajouté au panier avec succès

Quantité
Total

Il y a 0 produits dans votre panier.Il y a 1 produit dans votre panier.

Total produits: 
Frais de port: Livraison gratuite !: 
Total: 
Continuer mes achatsCommander

Le glutathion liposomal et la vitamine C liposomale pourraient-ils protéger contre la pneumonie?

Beaucoup d’entre nous pensent que la pneumonie est une maladie du passé, une infection potentiellement mortelle qui date de l’époque victorienne.

Le glutathion liposomal et la vitamine C liposomale pourraient-ils protéger contre la pneumonie?

Updated on

Beaucoup d’entre nous pensent que la pneumonie est une maladie du passé, une infection potentiellement mortelle qui date de l’époque victorienne. Cependant, cette maladie pulmonaire connaît un renouveau au XXe siècle et les personnes plus exposées parmi nous sont celles qui fument, qui ont des défenses immunitaires affaiblies, qui souffrent de diabète ou qui boivent trop d'alcool, tout comme les plus jeunes et les personnes âgées, qui sont bien évidemment plus vulnérables. Le stress, une mauvaise alimentation et même le fait de vivre dans une maison humide peuvent aussi avoir un impact sur la santé pulmonaire.  

Une infection imitatrice

Selon le service de santé national, la pneumonie touche chaque année au Royaume-Uni environ 8 adultes sur 1 000 avec une incidence plus élevée en automne et en hiver. On estime que des éléments tels que la pollution, la résistance aux antibiotiques et une déficience immunitaire peuvent être des facteurs dans la résurgence de la pneumonie. Cette pathologie peut être difficile à diagnostiquer parce qu’elle partage de nombreux symptômes avec d’autres affections, comme le rhume, la bronchite et l’asthme.

Signes avant-coureurs !

Le problème est qu’une infection thoracique peut se transformer en pneumonie dans un temps étonnamment court : il ne faut que 24 à 48 heures pour qu’une pneumonie se développe. Il est donc primordial de reconnaître les signes avant-coureurs : toux, difficultés respiratoires, rythme cardiaque rapide, fièvre, sueurs et frissons, perte d’appétit, douleurs thoraciques, toux avec sang, migraines, nausées, fatigue et respiration sifflante.

Évolution de l’infection

La pneumonie peut être causée par plusieurs facteurs distincts allant de la toxicité pulmonaire liée aux polluants inhalés ou aux produits chimiques agressifs aux infections bactériennes plus courantes par streptococcus pneumoniae, haemophilus influenzae et staphylococcus aureus ; il existe également des pneumopathies virales ou fongiques. Lors d’une infection par pneumonie, les minuscules poches d’air à l’extrémité des bronches deviennent enflammées, subissent des lésions et se remplissent de liquide, empêchant la respiration normale. Si la pleurésie n'est pas traitée, un abcès pulmonaire et une septicémie peuvent rapidement se développer et mettre la vie en danger.

L’effet protecteur du glutathion

Le glutathion est un puissant nutriment antioxydant qui est présent dans toutes les cellules et participe à de nombreux processus de l’organisme, y compris la formation et la réparation des tissus et le soutien de l’activité des cellules immunitaires. Une caractéristique majeure de la pneumonie est que les cellules pulmonaires sont soumises à un niveau élevé de stress oxydatif en raison de l’inflammation et de l’infection. Le glutathion est essentiel pour les cellules pulmonaires car il protège contre les effets nocifs du stress oxydatif, améliore l’état antioxydant des cellules pulmonaires, aide à soutenir l’activité des cellules immunitaires dans le tissu pulmonaire et à prévenir les lésions des tissus pulmonaires. Bien que le corps puisse produire son propre glutathion, cette capacité diminue avec l’âge, ce qui rend les personnes âgées beaucoup plus vulnérables aux pathologies associées au stress oxydatif.

Renforcer le glutathion

Étant donné la réputation du glutathion comme principal antioxydant et nutriment essentiel pour la bonne santé pulmonaire, agir pour améliorer votre niveau de glutathion est une priorité. Voici notre stratégie en 3 étapes pour augmenter le glutathion…

Étape 1 : un complément efficace

Compléter votre alimentation avec du glutathion pendant les mois d’hiver est un choix judicieux si vous êtes sujet aux infections pulmonaires, mais tous les compléments ne vous offrent pas une valeur réelle. Pour tirer le meilleur parti de votre complément, privilégiez une forme liposomale de haute qualité comme l’Altrient, qui utilise un glutathion breveté appelé Setria® dont la biodisponibilité est excellente. La technologie d’encapsulation liposomale de pointe d’Altrient permet d’empêcher la dégradation du glutathion Setria® lors de son passage dans votre système digestif, ce qui lui permet d’être ainsi distribué à vos cellules, là où vous en en avez le plus besoin.

Étape 2 : ciblez les aliments et les épices

Il existe un produit chimique semblable à une hormone cellulaire appelé facteur NrF2 qui déclenche l’activité antioxydante en augmentant l’expression des gènes antioxydants et active les gènes qui ordonnent aux cellules de produire plus de glutathion. Des nutriments naturels que l’on trouve dans le brocoli, le chou de Bruxelles, le chou-fleur, le chou, l’ail cru, la cannelle, le curcuma et la cardamome aident à stimuler le NrF2. Il est donc recommandé d’intégrer ces aliments dans votre alimentation.

Étape 3 : protéines énergétiques essentielles

Le corps peut fabriquer son propre glutathion, mais il a besoin pour cela de trois acides aminés spéciaux (molécules de base constituant les protéines) appelés glutamate, glycine et cystéine. Ces acides aminés se trouvent dans les aliments riches en protéines (viande, poisson, œufs) et sont particulièrement abondants dans les bouillons d’os. D’où le traditionnel remède contre la grippe et le rhume qui consiste à préparer une soupe de poulet maison à partir de bouillon d’os fait maison pour aider à combattre toutes sortes d’infections des voies respiratoires.

Vitamine C pour la récupération

Au début des années 1900, un pédiatre américain, Alfred Hess, a accompli un travail révolutionnaire en découvrant un lien direct entre le scorbut et la pneumonie et dans les années 1930, la vitamine C était utilisée comme option thérapeutique pour la pneumonie et autres pathologies respiratoires. La vitamine C fournit un soutien antioxydant supplémentaire qui atténue le stress oxydatif et permet aux cellules pulmonaires de récupérer.

L’Altrient C est une forme avancée de vitamine C liposomale.  Le terme liposomique signifie que la vitamine C est habilement enveloppée, ou encapsulée dans une bulle de phospholipides protégeant la vitamine de la dégradation quand elle passe par le système digestif. Altrient a été la première entreprise à utiliser la technologie d’encapsulation liposomale avec des vitamines et des nutriments et a passé des années à développer un procédé breveté pour réaliser cette percée dans la distribution de vitamines. Puisque toutes nos cellules contiennent également une couche externe de phospholipides, les deux peuvent facilement fusionner, permettant à la vitamine C d’être absorbée rapidement dans la circulation sanguine et délivrée aux cellules qui en ont besoin avec rapidité et agilité. C’est indubitablement une science ingénieuse !

Bibliographie

  1. Jonathan Prousky. The Treatment of Pulmonary Diseases and Respiratory-Related Conditions with Inhaled (Nebulized or Aerosolized) Glutathione. Evid Based Complement Alternat Med. Mars 2008 ; 5 (1) : 27–35. Publié en ligne le 17 mai 2007.

  2. Rahman I1, MacNee W. Oxidative stress and regulation of glutathione in lung inflammation. Eur Respir J. sept 2000 ; 16(3) : 534-54.

  3. De Flora S, Grassi C, Carati L. Attenuation of influenza-like symptomatology and improvement of cell-mediated immunity with long-term N-acetylcysteine treatment. Eur Respir J. juil. 1997 ; 10(7) : 1535-1541.

  4. Cai J, Chen Y. Inhibition of influenza infection by glutathione. Free Radic Biol Med. 1er avril 2003 ; 34(7) : 928-36.

  5. Allen J, Bradley RD. Effects of oral glutathione supplementation on systemic oxidative stress biomarkers in human volunteers. J Altern Complement Med. Sept. 2011 ; 17(9) : 827-33. Voir le résumé.

  6. Anderson ME. Glutathione: an overview of biosynthesis and modulation. Chem Biol Interact 1998 ; 24 ; 111-112:1-14.

  7. Aw TY, Wierzbicka G, Jones DP. Oral glutathione increases tissue glutathione in vivo. Chem Biol Interact 1991 ; 80 : 89-97. Voir le résumé.

  8. Roum JH, Borok Z, McElvaney NG, et al. Glutathione aerosol suppresses lung epithelial surface inflammatory cell-derived oxidants in cystic fibrosis. J Appl Physiol 1999 ; 87 : 438-43. Voir le résumé.

  9. Inhibition of influenza infection by glutathione. Cai J, Chen Y, Seth S et al. Free Radic Biol Med. 1er avril 2003 ; 34(7) : 928-36.

  10. 5. Nrf2 protects human alveolar epithelial cells against injury induced by influenza A virus. Kosmider B, Messier EM. Respir Res. 6 juin 2012 ; 13 : 43.

  11. Bone Broth — A Most Nourishing Food for Virtually Any Ailment par le Dr. Mercola.

  12. Glutathion. Your Key To Health par le Dr. Jimmy Gutman.